Les premières démarches après le choix d’une société de pompes funèbres

Que faire suite à un décès ? Explications par Yves Alphé

L’un de vos proches vient de décéder et vous avez déjà décidé de la société de pompes funèbres à laquelle faire appel ? Cela constitue déjà une première étape, difficile, que vous avez passée. Yves Alphé vous propose maintenant de connaître les premières démarches à entreprendre auprès de la société de pompes funèbres choisie.

Déclaration de décès : explications par Yves Alphé

Une fois le décès survenu, un médecin doit en faire un constat officiel. Il s’agit d’un document qu’il faudra fournir auprès de la mairie de la commune où vivait le défunt et ce, dans les 24 heures qui suivent le décès, indique Yves Alphé. Vous disposez ensuite de 6 jours maximum pour contacter un organisme de pompes funèbres pour organiser les obsèques.

Plusieurs cas de figure se présentent : si la personne décède dans un hôpital ou une clinique, l’un des médecins de l’établissement vient automatiquement constater le décès. Le corps est ensuite rapatrié dans la chambre mortuaire de l’établissement hospitalier, il s’agit dans la plupart des cas d’un service gratuit. Si le décès survient en maison de retraite, là encore un médecin de l’établissement viendra constater le décès et il vous faudra consulter le personnel pour connaître l’emplacement disponible du lieu de repos du corps avant la cérémonie funéraire, précise Yves Alphé.

Le médecin remplit la déclaration de décès, précise Yves Alphé

Le médecin remplit la déclaration de décès, précise Yves Alphé

Enfin, si la personne décède à son domicile, c’est généralement le médecin de famille qui viendra constater le décès pour établir le document requis. Dans tous les cas, le médecin se rapproche des pompes funèbres préalablement choisies pour leur transmettre le document de déclaration de décès. Ce document est indispensable puisqu’il permettra aux proches d’organiser les obsèques en accord avec la société de pompes funèbres.

Un dernier cas est celui du décès sur la voie publique : dans ce cas-là et seulement celui-là, c’est le procureur de la république du département concerné qui établit le constat de décès, indique Yves Alphé.

En revanche, certaines sociétés de pompes funèbres peuvent prendre en charge toutes les démarches administratives nécessaires à la suite d’un décès. Ces démarches regroupent l’envoi du constat à la mairie, la clôture de tous les contrats auxquels avait souscrit la personne décédée (ex : bail, assurance, abonnements divers et variés), la gestion des comptes bancaires etc.

Le lieu de repos du corps

Plusieurs organismes disposent d'une chambre mortuaire

Plusieurs organismes disposent d’une chambre mortuaire

Comme évoqué précédemment par Yves Alphé, dans le cas d’une clinique ou d’un hôpital, le corps peut être maintenu dans la morgue de l’établissement. Dans le cas d’une maison de retraite ou d’un EPHAD, l’établissement peut disposer ou non d’une chambre mortuaire. Si ce n’est pas le cas, la famille du défunt peut opter pour un funérarium ou un rapatriement à domicile. Dans ce dernier cas (domicile), la famille devra faire appel aux pompes funèbres pour pouvoir conserver le corps à travers les soins nécessaires et la température qu’il convient. Yves Alphé précise également que la famille dispose d’un délai de 6 jours après le décès pour faire incinérer ou inhumer le défunt qui en attendant repose dans le lieu choisi.

Ce délai de 6 jours permet d’organiser la cérémonie funéraire en détails (crémation ou inhumation, funérailles laïques ou religieuses, type de cercueil, fleur, musique etc.) entre la famille du proche disparu et les services des pompes funèbres.