Surmonter le deuil : comment faire ? Le rôle des associations expliqué par Yves Alphé

Aide-surmonter-deuil-yves-alphé

Le deuil d’un proche, qu’il s’agisse d’un membre de la famille, d’un ami, d’un collègue de travail…est très souvent une épreuve difficile et longue à surmonter. En effet, il s’accompagne souvent de sentiments de manque, de perte, d’incompréhension voire d’injustice (s’il s’agit de la mort d’un enfant ou d’un accident par exemple). C’est d’ailleurs pour cela qu’ont été décrites différentes phases du deuil expliquées par la psychiatre suisse Elisabeth Kübler-Ross.

Un besoin de soutien

Si certaines personnes ont besoin de rester seules pour faire leur deuil, nombreuses sont celles qui ont besoin de soutien pour y parvenir. Ce soutien peut provenir de différentes sources : les autres proches endeuillés ou non comme la famille ou les amis, l’aide d’un professionnel de la psychologie ou encore des associations spécialisées (deuil d’un conjoint, d’un enfant, d’un ami…).

Ce soutien passe par un accompagnement : il s’agit d’être à l’écoute de la personne endeuillée, avec échange, respect et attention envers la personne en deuil.

Toutefois, le soutien en rapport avec la mort ne concerne pas forcément les deuils à proprement parler : l’association JALMALV accompagne par exemple les personnes en fin de vie. Nous retrouvons donc la problématique du deuil mais abordée d’une autre perspective.

Le rôle des associations avec un exemple proposé par Yves Alphé

Le logo de la favec

Le logo de la favec

Comme Yves Alphé l’a évoqué précédemment, nombreuses sont les associations d’accompagnement des personnes endeuillées. A Orléans par exemple (ville où se situe la société de pompes funèbres Caritas Obsèques), une association nommée «  Association des conjoints survivants du Loiret  » se consacre à l’aide des personnes endeuillées par la perte de leur âme sœur. En effet, cet évènement tragique peut survenir à tout âge et ne concerne pas seulement les personnes âgées, comme l’on aurait tendance à le croire.

Cette association accueille les veufs et veuves endeuillé(e)s, leur prodigue écoute, conseils et informations sur le deuil et ses conséquences. Pour ce faire, plusieurs actions sont mises en place, notamment des conférences sur des sujets variés relatifs au deuil, indique Yves Alphé : successions, réaction des enfants face au décès d’un parent, pension de réversion etc. En effet, si le deuil représente une étape psychologiquement lourde, les formalités administratives ne doivent pas être négligées pour permettre d’avancer et d’éviter certains problèmes.

Par ailleurs, afin de souder ses membres, l’association des conjoints survivants du Loiret organise également des sorties amicales ou instaure des ateliers pour enfants endeuillés et donne des informations pour les démarches administratives (ex : démarches bancaires suite au décès du conjoint ou droits de succession). En d’autres termes, des conseils juridiques et sociaux sont prodigués aux membres de l’association.

Ça n’est là bien sûr qu’un exemple d’association au deuil choisi par Yves Alphé, jeune chef d’entreprise, dans la mesure où celle-ci se situe à Orléans, comme sa société Caritas Obsèques. Toutefois, il existe bien d’autres associations, spécialisées ou non, afin de faire face au deuil et de bénéficier d’un accompagnement face à cette épreuve lourde.