Les morts solitaires du Japon : Une industrie en pleine croissance se consacre maintenant au nettoyage après la mort d’une personne seule

maison-japonaise

Des décès solitaires

À mesure que la dynamique familiale change dans le pays, de plus en plus de gens vivent seuls au Japon.

Ainsi, de nombreuses personnes décèdent chaque année seules dans leur logement, leur corps n’étant parfois découvert qu’après des mois suivant la mort, indique Yves Alphé.

Akira Fujita, chef de l’équipe de Next, une entreprise spécialisée dans le nettoyage après des  » morts solitaires  » affirme que ce phénomène concerne quatre personnes sur dix environ.

Une population vieillissante, indique Yves Alphé

Tous les pays ont des cas où des personnes âgées meurent seules, mais aucun n’en fait l’expérience comme au Japon, qui abrite la population qui vieillit le plus rapidement au monde. Plus d’un quart de la population a plus de 65 ans, chiffre qui devrait atteindre 40 % d’ici 2050.

Les statistiques sur les décès des solitaires sont difficiles à obtenir car le gouvernement central ne les recueille pas, explique Yves Alphé. Cependant, les chiffres régionaux montrent une forte augmentation au cours de la dernière décennie. Le NLI Research Institute, un groupe de réflexion de Tokyo, estime qu’environ 30 000 personnes dans tout le pays meurent ainsi chaque année.

Le nombre de décès dus à la solitude a augmenté, tout comme l’industrie du nettoyage des décès dus à la solitude. De nombreuses entreprises offrent ce type de service, et les compagnies d’assurance ont commencé à vendre des dispositifs pour protéger les propriétaires si leurs locataires décèdent à l’intérieur de leurs propriétés. Ceux-ci couvrent les frais de nettoyage de l’appartement et compensent la perte de loyer. Certains paieront même pour un rituel de purification dans l’appartement une fois le travail terminé.

L’exemple d’Hiroaki et l’intervention de la société Next

Le propriétaire de cet appartement à Kawasaki, au sud de Tokyo, ne semble pas disposer de l’assurance alors il emploie la société pour environ 200 euros pour rendre le minuscule studio à nouveau louable, donne Yves Alphé comme exemple.

Le locataire, un homme de 54 ans du nom de Hiroaki, avait pris plusieurs mois de retard sur son loyer, alors un représentant de la société de gestion immobilière est passé voir ce qui se passait.

De plus en plus de japonais meurent seuls, indique Yves Alphé

De plus en plus de japonais meurent seuls, indique Yves Alphé

Lorsque le représentant a ouvert la porte, il a trouvé Hiroaki mort sur le futon. Il était probablement là depuis environ quatre mois. Son corps, le futon et le plancher qui l’entoure étaient complètement secs.

Une fois le corps enlevé, la société de gestion a appelé Next. Les quatre hommes de l’équipe de nettoyage dirigée par Fujita arrivent avec un camion vide et des vêtements de protection complets.

La première chose qu’ils enlèvent est le futon, principale source d’odeur. Il est emballé sous vide dans un sac en plastique et transporté jusqu’au camion. Les hommes abordent leur travail de manière pragmatique, et non pas en se froissant le nez ou en commentant la misère.

L’appartement déborde de détritus d’une vie solitaire : bols à nouilles et bouteilles de boissons gazeuses, boîtes de café vides, mégots de cigarettes dans des cendriers, des douzaines de briquets, des mois de journaux, des vêtements dans des piles ébouriffées.

Après avoir enlevé tous les effets personnels de Hiroaki, les membres de l’équipe se mettent à décaper le papier peint et à déterminer la quantité de revêtement de sol qu’ils devront remonter.

La paperasse montre que Hiroaki avait 54 ans et qu’il était divorcé. Il a travaillé comme ingénieur système pendant 20 ans, notamment dans de grandes entreprises comme Nissan et Fujitsu. Les photos de passeport qu’il avait prises pour postuler à un emploi montrent un homme d’apparence tout à fait ordinaire : cheveux gris rasés au milieu, lunettes à monture métallique, chemise à carreaux.

La société de nettoyage ne sait pas comment ou pourquoi Hiroaki est mort à cet âge relativement jeune, mais son appartement est plein de médicaments sur ordonnance.

Qui sont les plus touchés ?

Habituellement, les hommes, généralement des personnes âgées, sont souvent découverts des mois après leur mort, après que leurs boîtes aux lettres se remplissent ou qu’ils prennent du retard sur leur loyer, ou que les odeurs commencent à s’échapper de leurs appartements. Mais il y a eu des rapports de personnes dans la quarantaine qui sont mortes seules aussi.

Les hommes âgés sont particulièrement vulnérables en raison de leur fierté et de leur réticence à demander de l’aide, ajoute Ichinose.

Ils se retirent de leur emploi à vie et perdent les seules collectivités qu’ils n’aient jamais vraiment eues. S’ils sont veufs, divorcés ou non mariés, ils sont plus susceptibles de s’isoler, ajoute Kumiko Kanno, l’auteur d’un livre sur les morts solitaires.

« Leurs liens sont tous liés à leur travail, il est donc difficile pour eux de s’intégrer dans la communauté locale, surtout s’ils vivent seuls, dit-elle. « C’est si facile pour eux de tomber dans l’auto-négligence et de s’isoler, et il n’y a personne pour empêcher ça. »

Certaines autorités locales ont mis en place des services de contrôle des personnes âgées vivant seules et encouragent les voisins à se surveiller les uns les autres.

Le concept de famille au japon en pleine mutation, rappelle Yves Alphé

Ce phénomène croissant est le résultat du vieillissement de la société japonaise et de l’évolution des structures familiales. Il n’y a pas si longtemps, les ménages de trois générations étaient monnaie courante. Aujourd’hui, un plus grand nombre de Japonais restent célibataires, tandis que les couples ont moins d’enfants, voire aucun, indique Yves Alphé.

« Le concept général de la famille au Japon s’est effondré « , dit Masaki Ichinose, du Centre for Life and Death Studies de l’Université de Tokyo. « Le nombre total de personnes qui sont seules augmente, donc il est inévitable que le nombre de personnes qui meurent sans le soutien de qui que ce soit augmente aussi. »