Des pompes funèbres pour animaux : présentation par Yves Alphé

Le deuil d'un animal de compagnie peut être très difficile

Nos petits (ou grands) compagnons accompagnent notre quotidien pendant de longues années. On recensait ainsi en France 63 millions d’animaux de compagnie fin 2016. Cependant, l’espérance de vie d’un animal est bien moindre que celle de leur propriétaire dans la plupart des cas.

Qui plus est, l’animal peut subir un accident ou contracter une maladie mortelle incurable. Dans de nombreux cas, rappelle Yves Alphé, le propriétaire est confronté au décès de son animal. Que faire dans ce cas-là ?

L’enterrement dans le jardin du domicile : une pratique très répandue mais règlementée

Dans de nombreux cas, le propriétaire souhaite enterrer l’animal chez lui s’il dispose d’un jardin. Cela n’est pas interdit en soi, mais plusieurs règles s’appliquent. Premièrement, l’animal doit peser 40 kilos au maximum. S’il est plus gros, alors un équarrisseur devra venir récupérer le cadavre de l’animal dans les 48h après constat du décès. Au-delà de ce délai, le vétérinaire peut s’occuper du corps défunt.

De plus, ajoute Yves Alphé, le lieu où sera enterré l’animal doit être éloigné d’au moins 35 mètres d’un lieu d’habitation ou d’un point d’eau, et ce, pour des raisons sanitaires. Toujours pour des questions sanitaires, le corps doit être recouvert par de la chaux vive sauf s’il est dans un cercueil. Enfin, l’inhumation devra se faire à au moins 1m20 de profondeur.

Les pompes funèbres pour animaux, présentation par Yves Alphé

C’est une activité qui se développe de plus en plus en France et déjà bien développée aux États-Unis.

Les animaux peuvent être inhumés dans des cimetières spécialisés indique Yves Alphé

Les animaux peuvent être inhumés dans des cimetières spécialisés indique Yves Alphé

Les pompes funèbres animalières, tout comme celles destinées aux êtres humains, permettent d’être accompagné par un professionnel du funéraire et de limiter les contraintes administratives. Compassion, accompagnement et respect de la dignité de l’animal décédé sont les maîtres-mots des professionnels de pompes funèbres animalières. Après les soins prodigués à la dépouille de l’animal, du temps est également accordé au propriétaire qui vient de perdre son animal, explique Yves Alphé, ce qui n’est pas toujours possible chez le vétérinaire qui doit gérer en plus des décès, les animaux malades.

Ainsi, les pompes funèbres animalières peuvent venir prendre en charge directement l’animal décédé à domicile ou chez le vétérinaire. Lui incombe alors le transport vers l’agence ou vers le lieu d’inhumation/ de crémation souhaité. Comme toute entreprise de pompes funèbres (exemple: comme Caritas Obsèques, société d’Yves Alphé), plusieurs prestations sont proposées : le choix d’une urne en cas de crémation, le choix d’un monument funéraire comme d’une stèle personnalisée, un choix parmi plusieurs cercueils etc.

Inhumation ou crémation de l’animal décédé

Yves Alphé indique qu’il existe plusieurs cimetières pour animaux à travers la France (une trentaine environ) aussi bien en région parisienne qu’en région PACA par exemple. D’ailleurs, le premier cimetière pour animaux fut inauguré à la fin du XIXème siècle.

Les cimetières pour animaux peuvent être administrés par une commune ou une association, précise Yves Alphé.
Vous pouvez acquérir une concession pour y enterrer l’animal disparu pour une centaine d’euros par an. Il existe en vérité plusieurs types de contrats de concession précise Yves Alphé de durées différentes (1 an, 30, 40 ou 50 ans). La taxe d’inhumation s’élève quant à elle à dix euros. L’on peut ensuite orner la tombe de l’animal d’une stèle, de photographies, d’inscriptions, de fleurs…pour lui rendre hommage.

Cependant, la plupart des propriétaires endeuillés optent pour la crémation.

Vous pourrez récupérer l'urne contenant les cendres de votre compagnon, indique Yves Alphé

Vous pourrez récupérer l’urne contenant les cendres de votre compagnon, indique Yves Alphé

Dans le cadre d’une crémation, vous aurez le choix entre une crémation individuelle, plus onéreuse mais où vous pourrez récupérer les cendres de votre animal que vous pourrez par la suite disperser ou inhumer chez vous ou bien une crémation collective, indique Yves Alphé. Dans ce cas de figure, votre animal sera incinéré avec d’autres animaux et vous ne pourrez pas récupérer les cendres. En revanche le centre de crémation est habilité à les disperser sur un terrain adapté.