Les types de matériaux utilisés pour les cercueils

Certains cercueils peuvent être blancs, aussi

Afin de concevoir des cercueils pour l’inhumation ou la crémation des défunts, le bois est le matériau nécessaire par excellence, rappelle Yves Alphé, professionnel du funéraire.

La réglementation à respecter

Plusieurs paramètres définissent les types de matériaux disponibles lors du choix d’un cercueil. Il faut en effet savoir qu’une épaisseur minimale est imposée : 22 mm dans le cas d’une inhumation et 18 mm dans le cadre d’une crémation. Par ailleurs, la garniture se doit d’être étanche et élaborée dans un matériau biodégradable préalablement agréé par le Ministre de la Santé.

Dans plusieurs cas, le cercueil doit également être hermétique, notamment si le défunt était atteint d’une maladie contagieuse, lorsque la dépouille est déposée plus de 6 jours après son décès ou sur exigence du préfet pour d’autres raisons, indique Yves Alphé.
Enfin, le cercueil se doit d’éviter l’entrée de l’humidité afin de mieux permettre la conservation du corps qui s’y trouve.

Le bois, un incontournable, rappelle Yves Alphé

La plupart des cercueils sont aujourd'hui en bois, précise Yves Alphé

La plupart des cercueils sont aujourd’hui en bois, précise Yves Alphé

Traditionnellement, les cercueils sont fabriqués en bois, même si d’autres matériaux peuvent être employés dans leur fabrication. Parmi ces bois l’on compte l’orme et le chêne qui sont les plus résistants suivis de l’être à résistance moyenne puis enfin le pin et le peuplier qui eux ont par contre une faible résistance. L’acajou, plus haut de gamme, est également employé dans la fabrication des cercueils, précise Yves Alphé. Enfin, dans le bassin méditerranéen, l’on emploie souvent l’if et l’olivier. La couleur du cercueil variera selon le type de bois choisi : couleur brune foncée pour l’acajou, plus clair pour le chêne et beige pour les cercueils en chêne, illustre Yves Alphé.

Lors d’une crémation, un cercueil en carton est envisageable car davantage écologique et moins onéreux ; une tendance qui prend d’ailleurs de plus en plus d’ampleur. En effet, cette tendance qui nous vient des pays Nordique arrive petit à petit en France car le cercueil en carton dispose de plusieurs avantages que vous présente Yves Alphé : il est biodégradable tout en étant personnalisable de l’intérieur comme de l’extérieur et pèse à peine moins de 10kg contre 30 ou 40kg pour les cercueils en bois. Un autre matériau particulièrement adapté à la crémation est un bois exotique du nom d’Ayous, à faible densité.

Enfin deux autres matériaux que vous indique Yves Alphé : les panneaux de particules et les panneaux de fibre.

D’autres éléments à prendre en compte

Les cercueils peuvent être personnalisés

Les cercueils peuvent être personnalisés

Outre le matériau employé, le cercueil dispose d’autres caractéristiques qu’Yves Alphé vous propose de découvrir : tout d’abord, une obligation légale, celle de disposer de 4 poignées pour le portage. La forme et l’aspect du cercueil peuvent quant à eux varier grandement. Enfin, il est possible d’y ajouter des accessoires comme une plaque d’identité, un capiton ou encore un emblème religieux, précise Yves Alphé.

D’ailleurs, depuis un décret de 2011, une plaque fixée sur le couvercle du cercueil doit mentionner l’identité du défunt ainsi que son année de naissance et son année de décès.

Les objets dans le cercueil

Dans certains cas, le défunt peut être inhumé avec certains objets qui lui tenaient à cœur comme des bijoux, des peluches (notamment dans le cadre de décès d’enfants), des livres…voire même des bouteilles de vin !

Toutefois, certaines lois doivent être respectées en la matière, rappelle Yves Alphé : un pacemaker ou tout objet susceptible d’explosion (exemple : prothèse) doit impérativement être retiré avant la crémation.

Pour l’inhumation aussi, le pacemaker devra être enlevé et ce, pour des raisons écologiques. Il n’est pas possible de se faire enterrer avec son animal de compagnie, du moins pas directement, indique Yves Alphé. En effet, l’on peut être inhumé avec l’urne contenant les cendres de l’animal.